enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
rêverie attrayante
Lambdin, rêverie attrayante (1865)
pesanteurinflation

psyché

J'ouvre les yeux, sens sa présence, me demande si elle surveille mon sommeil telle une mère possessive. Elle me choie, me bichonne, façonne tout autour de moi, prépare sagement mes doses de joie, d'ennui, de préoccupations quotidiennes. J'ai beau changer de professions, d'amis, de villes, de loisirs, rien n'y fait : elle a le pouvoir de tout recomposer ! La tranche de pain, hier sans goût, fera aujourd'hui mon bonheur. Elle est dans mes yeux, ma bouche, ma peau, sans que je puisse la saisir car si je pense à elle, c'est aussi qu'elle l'a décidé. Je crois qu'elle m'étouffe.
ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés