enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
les Enfants Fluyder
Sir Thomas Lawrence, les Enfants Fluyder (1805)
luxepsyché

pesanteur

J'aurais aimé écrire une langue où les mots se rencontrent comme un coup de foudre, jusqu'à en perdre leur définition. J'aurais aimé livrer les éléments dans un ordre pur, déroulant la démonstration du monde lui-même. J'aurais aimé vous transmettre la vérité. Elle est là, telle étoile filante en plein jour, dans l'entrebâillement du réel. Mais les mots sont des blocs n'imitant que le minéral. Il faudrait pouvoir les rejeter à l'infini. Parler comme on vole, sans pesanteur. Sans schéma ni raccourci. Juste la musique.
ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés