enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
deux tahitiennes
Gauguin, deux tahitiennes (1899)
projetséparation

grandir

Sorties de groupe, fêtes en tout genre, bains de foules et autres cérémonies, sans jamais comprendre ni pourquoi ni comment, en réalité à se forcer. Que de temps avant  l'évidence. Drôle de combat, drôle d'adversaire. Maintenant, je te vois. Tiens-toi plus tranquille. En attendant le soir, tous les deux, au coin du feu, le vent dehors, une couverture, quelques pages. Voilà, tu dors déjà.
ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés