enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
cous le soleil
Ella Mirriam Wood, cous le soleil (1912)
pianoaji

dilution

Vous aviez la possibilité de vous taire et vous ne l'avez pas fait. Vos interminables propos occupent l'espace, ils le remplissent, ils participent au brouhaha planétaire, à la saturation du tout par le tout, au nivellement global. La liberté d'expression, cette idéologie simpliste, n'excuse rien : elle n'est plus qu'une morale à l'envers, un nouveau permis pour l'idiotie. Vous auriez dû éviter le superflu, ce que l'on sait déjà, les belles formes comme les grandes réflexions, pour vous concentrer sur l'essentiel, ce qui vous appartenait en propre et qu'en chemin, attiré par un brin de reconnaissance, vous avez perdu.

ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés