enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
baiser volé
Jean-Honoré Fragonard, baiser volé (1789)
voteposition

folie

Il y a des mondes sans paroles. Pas plus tard qu'avant hier, une nouvelle crise, deux jours entiers en totale prostration, sans pouvoir articuler, ni même à l'intérieur. Triste n'est pas le mot. Cela arrivait dru pourtant, les ressentis démesurés, les évidences colossales, les impasses fuyantes, le temps devenu spirale où je tombe encore ailleurs, encore ailleurs. Il y aura un jour où les portes se refermeront et cela n'aura pas de fin. Je resterai décroché, loin des balisages, des récupérations faciles - ce texte même -. Ma conscience flottera à sa vraie place. En un sens, ce sera la victoire, je ne ferai qu'exister.

ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés