enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
Paul en harlequin
Pablo Picasso, Paul en harlequin (1924)
effervescencerappel

adolescence

«C'est notre lot à tous.» Comme un souvenir surgissant des profondeurs, ces mots me revenaient sans cesse. Le ton toujours le même : caverneux, montant en fin de phrase, étrangement fataliste. Puis les résonances s'amplifiaient, me remplissant jusqu'à l'asphyxie, une sensation insupportable, surpuissante, à s'en taper la tête contre les murs, tout pour que ça s'arrête, cette voix dictant son sempiternel message, je la sentais me dévorer la cervelle. Des années d'angoisse, de nuits blanches, à faire semblant, à essayer de comprendre. Puis, un jour, elle a cessé. Sans que je sache pourquoi, elle est partie grignoter plus jeune que moi.
ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés