enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
Agnes et son chat
Lillian Westcott Hale, Agnes et son chat (1920)
précautionbach

dignité

En bonne place au sein de ma misanthropie, il y a cette  aversion envers les costumes et en particulier ceux portés dans un cadre professionnel. C'est d'ailleurs la vie trépidante des pingouins qui peuplent les wagons de première, les trottoirs des beaux quartiers et mon pare-chocs arrière sur l'autoroute que je souhaitais aborder. Premier café du matin, informations radiophoniques, chemise bien repassée, téléphone chargé à bloc et autres réjouissances étaient au programme. Puis j'ai pensé à ces visages sans histoire, leurs curriculum ennuyeux, les discussions entre collègues, leurs cerveaux ramollis par trop de passivité télévisuelle, à tous les sacrifices pour en arriver là. Je ne savais plus quoi dire, j'étais ému. Avec le recul, il reste néanmoins une question, la même que je me pose lorsque je joue avec le chat. Chaque fois que la ficelle se tortille devant ses yeux, qu'il essaie de l'attraper, je me demande dans quelle mesure ce dernier est conscient de ce qui l'entoure.

ce site rassemble quelques textes de jeunesse d'Olivier Pibarot - tous droits réservés